Content thumbnail Cap sur la cyberrésilience : anticiper, résister, réagir

Editorial Avec l’intensification des attaques malveillantes, la cybersécurité soulève des questions de plus en plus pressantes pour les DSI, directeurs métier et autres membres du Comex : « sommes-nous certains d’être bien protégés ? Consacrons-nous suffisamment d’attention et de moyens à la sécurité ? Notre équipe dispose-t-elle des compétences nécessaires ? Utilise-t-elle les meilleurs outils de détection des cyberattaques ? » Au-delà de toutes ces inquiétudes, leur plus grande crainte est de devoir faire face à des cyberattaques en dépit de tous les efforts mis en œuvre pour les prévenir. Qu’ils se rassurent : nous sommes tous confrontés au même « ennemi commun » et avons tous besoin d’aide. Plus nous partagerons nos expériences, nos succès et nos échecs, plus nous collaborerons pour trouver ensemble des réponses communes, mieux nous serons protégés collectivement. S’il existe une chose dont nous pouvons être certains, c’est que la cybersécurité relève de la responsabilité de tous les acteurs de l’organisation. A ce titre, chacun doit jouer le rôle qui lui a été assigné : au conseil d’administration de soutenir les efforts déployés, aux salariés d’être prudents, en évitant d’ouvrir des emails d’hameçonnage ou de perdre leur ordinateur portable. Mais cela suffit-il pour être absolument serein ? Probablement pas, même s’il est sans doute difficile de l’admettre. Car le diable se cache dans les détails. Et il suffit de considérer l’ampleur du programme de cybersécurité nécessaire à la protection d’une organisation et de son écosystème pour se rendre compte de la complexité et du nombre de détails à prendre en compte. Cette 19e édition de notre étude annuelle sur la cybersécurité s’appuie sur une enquête menée auprès de 1 735 professionnels, formant un panel composé de DSI, de DAF, de PDG et de responsables de programmes de sécurité. Grâce à leurs réponses, nous sommes en mesure d’identifier le degré de maturité et les atouts des dispositifs de cybersécurité existants, mais aussi les améliorations dont ils pourraient bénéficier pour être optimum. • Aiguisez vos sens. Êtes-vous en mesure d’identifier les cybercriminels avant qu’ils n’attaquent ? Votre système de protection vous informe-t-il lorsque l’un d’entre eux commence à affaiblir ou attaquer votre organisation ? Pouvez-vous repérer un attaquant qui se dissimule dans votre réseau ? • Renforcez vos défenses. Et si la prochaine attaque était beaucoup plus sophistiquée que celles que vous aviez connues jusqu’à présent ? Vos défenses pourraient-elles en supporter d’un genre nouveau, beaucoup plus puissantes ? • Réagissez plus efficacement. En cas de cyberattaque, quelle stratégie choisirez-vous d’adopter en premier ? Réparer le plus vite possible les dégâts occasionnés ? Collecter les preuves pour entamer une procédure judiciaire ? Si dans l’ensemble, le bilan est positif – beaucoup a été accompli en peu de temps ! –, nous devons cependant conserver un temps d’avance sur l’ennemi qui rivalise d’ingéniosité pour s’attaquer à nos systèmes et anticiper les attaques. Pour s’inscrire dans les tendances du marché, les trois sections de ce rapport Sense (Anticiper), Resist (Résister), React (Réagir) peuvent vous servir de guides pour évaluer et améliorer la cybersécurité de votre organisation. N’oubliez pas qu’il est essentiel de continuer à rester étroitement connectés, afin de partager les bonnes pratiques et de s’enrichir mutuellement pour faire face à un ennemi commun qui cible toutes les organisations. Marc Ayadi Associé EY, responsable des offres Cyber [email protected] e 19 édition de l’étude EY sur la sécurité de l’information (2016) | 3

Cap sur la cyberrésilience : anticiper, résister, réagir - Page 3 Cap sur la cyberrésilience : anticiper, résister, réagir Page 2 Page 4