Content thumbnail Baromètre de l’attractivité de la France, Les cartes en main - Mai 2017

wwwwwwwww..ee.eyyy..cc.com/om/om/atatfrtrtr/atactivactivtractiviteneenessess Même si elle semble légèrement moins prégnante, l’épineuse question du coût du travail érode toujours la compétitivité de la Point de vue EY France par rapport à d’autres pays d’Europe : à la question « où la France doit-elle concentrer ses efforts pour maintenir sa position concurrentielle dans l’économie mondiale ? », 39 % des dirigeants Jean-Pierre Lieb ont répondu « diminuer le coût de main d’œuvre », contre seulement 22 % lorsque le périmètre est élargi à l’Europe. Avocat Associé, EY Société d’Avocats, Responsable Tax Policy e EMEIA Coûts horaires de main d’œuvre au 4 trimestre 2016 Pays Ensemble de l’industrie Industrie et des services marchands manufacturière La stabilité fiscale est le socle indispensable pour Espagne 21,11 € 22,82 € que la vision à long terme des investisseurs puisse Royaume- 24,99 € 24,26 € s’épanouir Uni Italie 27,56 € 27,65 € En matière de fiscalité, Nos contraintes sont Moyenne 30,45 € 33,18 € nos gouvernants semblent trop fortes : notre histoire zone Euro avoir pris conscience de fiscale, nos engagements Pays-Bas 33,71 € 35,72 € l’importance de l’enjeu pour budgétaires européens, et e (3 trimestre 2016) l’attractivité française. Des même un contexte général Allemagne 35,25 € 40,79 € premières mesures ont de durcissement de l’assiette France 36,78 € 38,12 € même été prises comme fiscale en Europe. Là n’est Source : Centre d’observation économique et de recherche pour l’expansion de l’économie le suramortissement pour pourtant pas le réel handicap et le développement des entreprises : “Les coûts de la main d’œuvre dans l’Union européenne relancer l’investissement, de la France en matière de e au 4 trimestre 2016” ou un projet de baisse de fiscalité. Comme la France, l’impôt sur les sociétés l’Allemagne pratique une (IS), il est vrai réservé aux fiscalité élevée. Mais pour Impôts sur le revenu des sociétés en 2016 entreprises de petite taille. cette dernière, ce n’est pas Le mouvement s’enclenche un frein à son attractivité. Irlande 12,5 % pour une approche favorable À la différence de nous, nos Hongrie 19 % (baisse à 9 % prévue pour 2017) de la fiscalité vis-à-vis de voisins d’outre Rhin affichent Finlande 20 % l’entreprise. une stabilité sans faille de Le point négatif, c’est leur politique fiscale. C’est là Royaume-Uni 20 % (baisse à 17 % prévue d’ici 2020) que ces mesures sont l’essentiel : cette stabilité est Danemark 22 % (baisse de 6,3 % depuis 2015) timides et qu’elles arrivent le socle indispensable pour Pays-Bas 25 % (baisse prévue dans les années à venir) tardivement : la France que la vision à long terme Espagne 25 % (baisse de 10 % depuis 2015) affiche toujours le taux d’IS des investisseurs puisse Allemagne 30 % le plus élevé de la zone Euro s’épanouir. Ainsi, avant de Belgique et probablement ne pourra-t- courir après un dangereux 33 % elle jamais rejoindre des pays et impossible dumping fiscal, France 38 % (baisse à 28 % prévue, d’ici 2020, comme l’Irlande, la Hongrie pensons à stabiliser notre progressivement selon la taille et le chiffre d’affaires ou encore le Royaume-Uni. fiscalité pour gagner la des entreprises) confiance des investisseurs. Source : EY Global Tax Policy Outlook for 2016 Baromètre EY de l’attractivité de la France − Mai 2017 19

Baromètre de l’attractivité de la France, Les cartes en main - Mai 2017 - Page 19 Baromètre de l’attractivité de la France, Les cartes en main - Mai 2017 Page 18 Page 20