Content thumbnail Création sous tension

Embellie du marché de la musique en 2013 L’économie musicale afÕche en 2013 une croissance de 5,9, essentiellement portée par les revenus connexes des ventes de supports numériques (+25). Les marchés directs de la musique augmentent, quant à eux, de 2,8 grâce au spectacle vivant (musiques actuelles et classique). La musique enregistrée connaît, quant à elle, des années de stabilité, mais de fortes transformations sont à prévoir car le streaming est en train de remplacer le téléchargement dans les habitudes des consommateurs. Bonne tenue du spectacle vivant musical Répartition des festivals par thématique principale En 2013, le poids économique des spectacles de musique, (hors festivals de musique classique) toutes esthétiques confondues, est en nette croissance Toutes musiques (+12 par rapport à 2011) et s’élève à plus de 2,6 milliards et pluridisciplinaires 6% d’euros, soit le tiers de l’économie musicale. Musiques traditionnelles et du monde Chansons En effet, les spectacles vivants de musique sont toujours Jazz et musiques 11% très attractifs. Six Français sur dix assistent à un concert ou improvisées 30 27% un festival au moins une fois par an . La dématérialisation des supports ne semble pas décourager le public de vivre la musique en temps réel. Entre 2011 et 2012, l’activité des spectacles vivants musicaux a augmenté de 3 . Si les droits Emkaim]kYehdaÕ†]k d’auteur collectés lors des tournées ont diminué de 9,5  et électroniques en 2012, ceux des concerts symphoniques ont augmenté 22% Musiques actuelles de moitié (+48 sans distinction ) et les concerts de variétés et festivals 34% 31 ont connu une augmentation de 2 . Cependant après Source : CNV, Les festivals de musiques actuelles en France, une forte évolution entre 2005 et 2010, on constate une Évolutions 2008-2012 d’une constellation de la diversité tendance à la stagnation sur le marché du live qui est en train d’arriver à maturité et ne connaîtra probablement plus les croissances rapides des années antérieures. Hausse des revenus des producteurs de disque Évolution des revenus HT des producteurs de musique pour la première fois depuis 2002 enregistrée entre 2012 et 2013 : + 2,3% Alors que les revenus mondiaux des producteurs de Marché numérique Marché physique Droits voisins musique enregistrée ont Öéchi de 3,9 en 2013, ceux des producteurs français ont, pour la première fois depuis 2002, afÕché une croissance de 2,3 32 101 +9% 110  selon le SNEP. Les ventes de musique enregistrée physique ont quant à elles Öéchi de 16 entre 2011 et 2013, malgré la bonne tenue du répertoire francophone, qui s’élève à 60 363,7 +1% 367,4  des ventes de gros des producteurs de disque. Une nouvelle génération d’artistes a su séduire le public, de sorte que 17 des 20 meilleures ventes en France sont des albums 125 +0,6% 125,8 francophones. Pour la première fois depuis 2004, la meilleure vente d’albums dépasse le million d’exemplaires. 2012 2013 Ainsi, 2 albums ont été certiÕés « Double Diamant » Source : SNEP, 2014 (61 million) : Raz et Stromae et 4 albums ont été certiÕés « Diamant » (> 500 000 albums) : Johnny Hallyday, David Guetta, Daft Punk et Maître Gims. 30 MIDEM, Les Français et la musique, février 2014 31 Sacem, États des lieux du spectacle vivant en 2012 : Spectacle visant : l’atout numérique, avril 2013 32 SNEP Création sous tension 31

Création sous tension - Page 37 Création sous tension Page 36 Page 38