Content thumbnail Le livre blanc de la Renaissance digitale

Le livre blanc de la Renaissance digitale

LE LIVRE BLANC DE LA RENAISSANCE DIGITALE SEREZ-VOUS ENCORE LÀ DEMAIN ? os © Thibault Desplats Phot MERCREDI 4 FEVRIER 2015 - PARIS Réalisé en partenariat avec

Ouverture et introduction • p. 5 Les modèles d’entreprises Les modèles Comment en rupture d’entreprises les entreprises L’innovation • p. 7 en rupture se reinventent chez Google • p. 7 • p. 9 • p. 11 Comment La renaissance L’observatoire la distribution digitale : priorité du numérique relève le défi absolue • p. 12 du digital des dirigeants • p. 13 • p. 15 Madame, Monsieur, Nous avons été particulièrement heureux de vous accueillir Cercle#01 : Cercle#02 : Adaptation Efficacité si nombreux dans les prestigieux salons de l’Hôtel alomon des compétences collaborative de othschild à Paris, pour la première édition du  usiness • p. 18 • p. 21 ­orum€ ‚et événement inédit a réuni plus de ƒ„ dirigeants …ui ont pu Cercle#03 : Cercle#04 : Cercle#05 : écouter et échanger sur la manière pour leurs entreprises Objets Mondialisation Retail, d’accélérer leur renaissance digitale€ Les interventions, les connectés et numérique e-commerce, web to store témoignages et les discussions lors des plénières et durant • p. 24 • p. 27 • p. 30 les cercles l’après midi ont été particulièrement riches et constructives. Cercle#06 : Cercle#07 : †ous trouvere‡ dans ce ˆivre lanc la s‰nthèse de ces échanges La relation client Les services dans à l’ère du customer- un monde connecté ainsi …ue les interventions remar…uables des nombreux invités driven …ui nous ont Šait l’honneur de leur présence€ • p. 33 • p. 36 Nous espérons …ue ce ˆivre lanc sera pour vous une source d’inspiration afin d’engager, ou de poursuivre, la transŠormation Cercle#08 : Cercle#09 : Cercle#10 : digitale de votre entreprise pour saisir ce Šormidable levier Robotisation Big data et analytics Fidélisation de croissance …u’est le numéri…ue€ et prospectives et small data • p. 39 • p. 42 • p. 45 Très bonne lecture€ Alain Weill, Président de NextadioT† Cercle#11 : Cercle#12 : Relations grandes Confidentialité entreprises/start-up et e-réputation • p. 48 • p. 51

Serez-vous encore là demain ? ‚e sont tous ces su•ets …ui Šont de la renaissance numéri…ue une réalité dans les entreprises€ Frédéric Simottel, éditorialiste high tech ‚es dernières la vivent d’ailleurs diŠŠéremment€ ‚ertaines s’imaginent en pleine 01Business, BFM BUSINESS révolution numéri…ue alors …u’elles ne Šont •uste …u’optimiser leurs processus existants, utilisant le numéri…ue pour rendre leur organisation opérationnelle plus eŠficace€ D’autres misent sur le digital pour créer des services et adresser ˆ’organisation éditoriale de ce Šorum s’est Šaîte autour de cette …uestionŽ toutes de nouveaux marchés ou territoires€ £uant aux entreprises les plus matures, les entreprises ont‘elles conscience …u’il leur Šaut entrer dans une phase de elles en sont dé•à à imaginer la mise en place de nouveaux business models renaissance digitale pour être certaine d’être encore là demain “ ˆ’ob•ectiŠ de cette •ournée sur le digital était donc de décr‰pter de nouveaux ‚ette révolution, peu d’entre elles l’ont vue arriver€ ”lle prend véritablement son usages clés pour comprendre et anticiper ce …ui nous arrive€ origine en •uin –— avec le lancement de l’iPhone˜ en …uel…ues mois, les utilisateurs se sont retrouvés avec ™nternet dans leur poche€ Tout s’est ensuite accéléré, tant dans nos usages personnels …ue dans notre cadre proŠessionnel€ ˆes organisations, le management, les processus, les business models ont été bousculés€ ‚ertains ont même complètement explosé€ šu•ourd’hui les exemples de transŠormation ne man…uent pas€ ˆes réseaux sociaux et les outils collaboratiŠs modiŠient nos Šaçons de travailler et de communi…uer€ ˆes digital natives côtoient les digital migrants€ ˆe numéri…ue s’invite au cœur de la relation clients, du maržeting et de la distribution€ ˆ’innovation devient ouverte, l’intelligence collective et les start‘up Šré…uentables€ ˆa Šormation, la gestion des compétences et des ressources humaines figurent parmi les domaines les plus impactés€ ien …ualifiées, ordonnées, sécurisées, les données de l’entreprise révèlent également de nouveaux gisements de valeur a•outée€ ˆe digital nous met enfin à portée de main des innovations impensables il ‰ a à peine –Ÿ¡ ans Ž la voiture autonome, l’impression ¡D, l’intelligence artificielle, les robots… ƒ „

OUVERTURE INTRODUCTION La révolution digitale est un risque et une opportunité Il faudra adapter le cadre règlementaire Alain Weill, Président de NextRadio TV Thierry Mandon, Secrétaire d’État à la ˆa révolution digitale …ue nous vivons actuellement est passionnante€ ‚ertes elles présente des ris…ues, Réforme de l’État et à la Simplification elle bouscule les business models et les organisations mais cette révolution est aussi et surtout une source d’opportunités incro‰ables pour nos entreprises€ ˆ’”tat Šrançais est souvent contesté dans sa ‚’est une période charnière dans tous nos business€ Notre rôle en tant …ue dirigeants est de comprendre capacité à aborder le numéri…ue€ ans …ue la ces changements, de chercher à les anticiper e au rang ­rance ne soit à la traîne, étant classée ƒ et d’accompagner nos collaborateurs et nos clients€ mondial par l’¤N¥ pour ses services numéri…ues, Alain Weill, Président de Nextadio T†, a tenu dans Thierry Mandon reconnait …ue la culture digitale ‰ son discours d’ouverture à souligner le rôle essentiel reste insuŠfisante Ž « la transŠormation numéri…ue …ue doivent •ouer les dirigeants dans cette révolution€ reste encore l’apanage de …uel…ues pionniers »€ ˆe  usiness ­orum, créé par ­M ¥™N” et  usiness, a •ustement pour ˆ’”tat veut à tout prix éviter une dés‰nchronisation vocation de mobiliser et de mettre en relation ces décideurs autour de la …uestion du service public et du digital ˜ il souhaite créer un …ui les préoccupe Ž « serons‘nous encore là demain “ cadre règlementaire adapté à la transŠormation numéri…ue …ui encourage la recherche€ ‚’est à ce Le numérique est une formidable opportunité titre …u’a été créée, en août –ƒ, la Direction Stéphane Richard, PDG d’Orange Ministérielle des ervices ™nŠormati…ues de l’”tat€ Thierry Mandon est persuadé …ue cet impératiŠ d’adaptation, au…uel sont conŠrontées toutes les šcteur ma•eur de la transŠormation digitale des entreprises Šrançaises, peut être transŠormé en opportunité€ Pour ce Šaire, entreprises, ¤range vit aussi sa propre révolution « nous devons trouver des Šorces nouvelles pour gagner la guerre sans la numéri…ue, à commencer par la culture d’entreprise, mener »€ et la mise en place de nouveaux modes de travail€ šu cœur de la révolution digitale, le réseau très haut débit et son déploiement accéléré «sans le…uel la transŠormation numéri…ue ne pourra pas se Šaire» selon Stéphane Richard€ iche de son expérience et de l’expertise développée au sein du groupe, notamment en matière de c‰bersécurité, ¤range veut être le partenaire du plus grand nombre d’entreprises aŠin de les accompagner dans leur propre transŠormation digitale€ « ˆe numéri…ue est avant tout une Šormidable opportunité€ Nous avons la chance d’être dans un pa‰s …ui a tous les atouts pour réussir», conclut Stéphane Richard€ © —

Demande du 20-01 ¤ SP PPR ¤ 148.5 x 210 mm ¤ Visuel:seul ou bien accompagne (body client) ¤ Parution= ¤ Remise le=22/janv./2015 PAC • BAT LES MODÈLES D’ENTREPRISES EN RUPTURE Vous préférez être seul Xavier Fontanet et Frédéric Simottel, ont animé un plateau avec les dirigeants des nouveaux business models. ou bien accompagné ? Bienvenue à la jeune génération Xavier Fontanet, administrateur d’Essilor, Schneider et l’Oréal Pour Xavier Fontanet, il Šaut absolument comprendre …uelle partie de la valeur a•outée est atta…uée par le digital€ ˆ’aspect ps‰chologi…ue de cette révolution compte également, car les emplo‰és doivent adhérer au pro•et de transŠormation€ ‚he‡ ”ssilor par exemple, un groupe de « digital natives » s, 75015 Paris – RCS Paris 380 129 866 intervient régulièrement auprès des dirigeants e pour les Šamiliariser aux outils digitaux€ -de-Serr Trois entreprises témoignent des évolutions de leurs secteurs –ƒ a vu de nombreux changements s’opérer dans les modèles économi…ues et « l’économie off the grid rentrer dans le s‰stème »€ Fréderic Mazella, PDG de Blablacar Blablacar, service de covoiturage en ligne, métamor‘ Orange – SA au capital de 10 595 541 532 € – 78, rue Olivier phose le marché des transports en créant des connexions •us…ue‘là inexistantes à des tariŠs très Espace de travail, relation client, connectivité, cyber sécurité, infrastructures IT... compétitiŠs€ on succès et sa croissance à trois Pour réussir votre transformation digitale, nous sommes plus de 20 000 chiŠŠres en ­rance et à l’international tiennent au Šait collaborateurs à vous accompagner. …ue le service proposé est peu cher et prati…ue€ Mais c’est surtout sa dimension communautaire …ui Šait revenir les utilisateurs Ž ils peuvent noter leurs compagnons de vo‰age et profiter de moments de convivialité€ ˆa croissance de demain proviendra de l’expansion à l’international, Šorte d’une levée de Šonds récente€ ª orange-business.com ORAG_1501061_SEUL_OU_ACCOMPAGNE_CLIENT_148.5x210_Demande_du_20-01_SR.indd 1 22/01/2015 14:09

Yann Thébault, ™l aŠfirme …u’il ‰ a d’abord un besoin de capitaux pour soutenir le développement DG France et Europe du Sud de Spotify international avant de devoir se soucier de rentabilité€ Spotify, service de streaming musical, contribue i celle‘ci est au•ourd’hui …uestionnable, leur croissance n’en demeure pas à Šaire renaitre l’industrie musicale en créant moins aussi Šulgurante …u’indéniable€ ‚es modèles sont innovants de la croissance dans un marché où le streaming et permettent aux consommateurs d’adopter de nouvelles habitudes grâce a dé•à dépassé le téléchargement€ ˆ’innovation à de nouveaux usages€ est la grande préoccupation de cette entreprise ‚es modèles d’entreprises, s’ils apportent inévitablement une rupture dans au business model « user centric » …ui s’est créée l’économie traditionnelle, sont aussi un levier d’innovation et de croissance pour s’adapter à un mode de consommation pour leur écos‰stème€ t‰pi…ue des mélomanes mais aussi en réponse aux prati…ues du piratage€ ”lle mise sur les partenariats stratégi…ues pour se développer à l’international et sur diverses plateŠormes, en complément du maržeting promotionnel et du bouche à oreilles€ Pierre-Dimitri Gore-Coty, PDG Europe continentale d’Uber ˆ’application Uber, …ui met en contact des utilisateurs avec des conducteurs de véhicules, compte au•ourd’hui près d’un demi‘million d’utilisateurs à Paris€ a réussite est due à une rupture proŠonde du business model du marché des transports Ž « passer du monde de la maraude à la réservation »€ ¥ber a ainsi Šortement contribué à Šaire croitre le marché des †T‚, notamment en Šavorisant l’émergence de concurrents, tout en d‰namisant les acteurs traditionnels€ on développement Šutur réside dans la création de nouveaux services Ž coursiers, livraison de courses, mutualisation des tra•ets… ˆes modèles de croissance de ces entreprises constituent une rupture ma•eure avec l’entreprenariat traditionnel Ž ils se basent sur des seuils de rentabilité parŠois insuŠŠisants – ou du moins nettement moins élevés …ue dans les industries traditionnelles, compensés pour l’instant par des levées de Šonds importantes€ « ‚e serait un man…ue d’opportunité d’être proŠitable au•ourd’hui » soutient rédéric Maella, PD® de lablacar€  

COMMENT LES ENTREPRISES SE REINVENTENT Stéphane Soumier, …ue « le régulateur n’a pas compris …ue nous étions dans un monde …ui journaliste de BFM BUSINESS, a évo…ué avec ses trois invités la Šaçon dont changeait » et …u’il Šaudrait comprendre …ue « le digital doit être oŠŠensiŠ et ils se réinventent à travers le numéri…ue€ non pas déŠensiŠ »€ Pour renaître, l’entreprise doit avant tout adapter ”nfin, il Šaut se réorganiser autour du client€ Régis sa culture€ Nathalie Balla, PDG de la Redoute, Schult déclare à très •uste titre …ue « le digital avertit …ue « le digital, c’est l’aŠŠaire de cha…ue organise autour du client » Pour les intervenants, collaborateur Ž aucun ne va garder le métier …u’il il Šaut comprendre l’évolution du parcours client€ Šait au•ourd’hui »€ ˆe raisonnement est le même D’une part, le digital est devenu un canal de che‡ šccor, …ui aŠfirme …u’il Šaut « diagnosti…uer » distribution incontournable Ž che‡ Dart‰, par le digital et son impact, pour le dém‰stifier auprès exemple, ±° du parcours client débute sur des salariés€ Sébastien Bazin, son PDG, aŠfirme ™nternet€ ˆ’en•eu pour l’entreprise est d’intervenir …ue « les Šreins sont énormes Ž la transŠormation à toutes les étapes de ce parcours client€ Séastien est avant tout une transŠormation de culture »€ ain par exemple, a identifié ƒ nouvelles étapes šinsi, l’en•eu de la p‰ramide des âges est crucial Ž dans son parcours client depuis l’avènement du «il Šaut Šaire comprendre aux patrons plus digital et veut être présent partout Ž il Šaut expérimentés …u’il doivent écouter leurs conseiller le consommateur en anticipant ses besoins et le fidéliser en collaborateurs de ¡ ans, plus disruptiŠs par répondant à ses attentes€ D’autre part, « le comportement du client a nature mais porteurs de bouleversements et changé », expli…ue athalie alla€ es exigences ont évolué, car l’accès à d’innovation»€ šinsi, che‡ Dart‰, le digital l’inŠormation l’a rendu expert€ ™l Šaut pouvoir répondre à la nouvelle « ²ish représente dé•à –° du chiŠŠre d’aŠŠaires, menant list » du client, « tout en gardant son cœur de métier » précise‘t‘elle€ à la réinvention de l’ensemble de leurs métiers et leur Šaçon de Šaire du commerce€ ”nsuite, le rôle du top management est de Šaciliter les pro•ets€ ˆa edoute, par exemple, encourage « l’¤pen innovation » par l’intermédiaire d’un réseau social interne€ De son côté, šccor a lancé ± programmes en novembre –ƒ, pour un total de ––„m sur ¡ ans€ ‚es programmes abordent les mutations en cours …ui ont un impact sur les clients, les salariés ou les investisseurs, sans être assortis d’obligation de résultat€ Régis Schultz, Directeur Général de Darty, souligne pour sa part – ¡

L’INNOVATION CHEZ GOOGLE L’OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE Un des grands principes de l’innovation, c’est Réduire les coûts grâce au digital de travailler sur des projets qui comptent Emmanuel Lechypre, Carlo d’Asaro Biondo, Président des éditorialiste BFM BUSINESS opérations EMEA de Google ˆa révolution digitale aŠŠecte positivement ®oogle a la réputation d’être un champion de la productivité des entreprises€ ˆe Big data l’innovation€ arlo d’Asaro iondo, son pourrait générer ° à „° de chiŠŠre président des opérations ”M”š, aŠŠirme d’aŠŠaires supplémentaire selon les secteurs pourtant d’emblée …ue « l’innovation est et les outils numéri…ues ³robots, ob•ets combinatoire » et …u’elle nécessite la création connectés…´ vont permettre une optimisation de partenariats€ ™l distingue ensuite cin… des coûts€ principes clés de l’innovation Ž repartir de ‡éro, ˆ’¤bservatoire ­M ¥™N” met miser sur la simplicité, se concentrer sur en lumière un Šait essentielŽ les –Ÿ¡ l’utilisateur, privilégier les s‰stèmes ouverts des dirigeants ont pris conscience …ue le digital représentait une véritable et travailler sur des « pro•ets …ui comptent »€ rupture, le plaçant maintenant au cœur de leurs priorités€ arlo d’Asaro iondo prédit donc un grand avenir aux ob•ets connectés ˜ il ˆe travail collaboratiŠ est un pilier d’une transŠormation réussie Ž « notre rôle voit l’utilisation des données clients collectées comme une Šormidable crucial vis‘à‘vis de nos salariés, c’est de leur donner la parole » opportunité de personnaliser le service rendu€ elon lui, connaître un client, aŠŠirme mmanuel Lechypre€ ™l a•oute …ue « le marché est plus grand c’est pouvoir le conseiller au mieux selon ses besoins et son proŠil€ ˆe …ue nos rêves »€ secteur de la santé par exemple est particulièrement concerné€ ˆa sécurité šinsi, pour la première Šois, l’¤bservatoire ­M a réussi à créer un indice des données reste un en•eu, mais il Šaut tout de même capitaliser sur la du bonheur en se basant sur les réseaux sociaux€ ‚elui‘ci ‰ mesurera data Ž « on ne doit pas conŠondre vie privée et Šermeture »€ cha…ue •our l’humeur des internautes€ ƒ „

COMMENT LA DISTRIBUTION RELÈVE LE DÉFI DU DIGITAL Hedwige Chevrillon, le plus important est d’identifier où se concentre journaliste BFM BUSINESS a présenté avec ses invités les diŠŠérents aspects la valeur de l’activité, particulièrement dans le de la transŠormation digitale dans la distribution€ ‚omment satisŠaire un e‘commerce où les business models ne sont pas consommateur …ui est devenu un véritable acteur “ rentables€ ”nfin, il Šaut saisir l’en•eu du « global versus local » Ž Šace à des géants américains comme šma‡on, il Šaut déŠendre le modèle Complémentarité du cross-canal Šrançais et ses champions locaux€ Hervé Skornik, Directeur e-commerce et non-alimentaire du groupe Carrefour Le monde entier regarde votre magasin ˆe e‘commerce continue sa mutation en s’intégrant Jacques-Antoine Granjon, Fondateur et aux chaines de distribution traditionnelles€ ‚arreŠour PDG de vente-privée.com poursuit ainsi sa transŠormation digitale sur plusieurs axesŽ le cross canal, le commerce électroni…ue, ou Pour les deux intervenants digital natives, il ‰ a encore le drive avec le retrait des achats en ligne peu d’opposition entre le magasin ph‰si…ue et la en magasin€ ˆe lancement pilote d’un h‰permarché bouti…ue virtuelle€ ˆa véritable révolution connecté à †illeneuve la ®arenne illustre l’ambition numéri…ue réside dans la relation du distributeur de l’enseigne d’aller plus loin€ Pour promouvoir avec le client et l’oŠŠre€ Jacques-Antoine Granjon, l’innovation, ‚arreŠour se dit à l’écoute de ses PDG de vente-privée.com, souligne …ue nous collaborateurs et privilégie également les partenariats entrons dans une phase de l’histoire où le externes, comme avec le Šond d’investissement Partech ou l’entreprise consommateur devient acteur Ž il est lui‘même M‰Design pour créer des ob•ets personnalisés grâce à l’impression ¡D€ « devenu un terminal » grâce à son smartphone€ ™l veut du choix, de l’inŠormation, de la transparence, il peut criti…uer sur les réseaux sociaux ³…´ ˆe plus important c’est Le plus important pour réussir est d’identifier la confiance€ Pour les sites de e‘commerce dont les modèles économi…ues où se concentre la valeur de l’activité tournent en eŠŠet autour du nombre de transactions, la priorité est donc de Pierre Kosciusko-Morizet, Cofondateur générer du trafic et de gagner la confiance d’Isai et PriceMinister des visiteurs€ šinsi, la vraie …uestion pour Dans un monde où les retailers en ligne se concentrent en …uasi monopoles, ­ac€ues‚Antoine ƒran„on est de savoir la distribution en ­rance accuse un retard dans le digital, surtout au niveau « ce …u’µil¶ peut oŠŠrir aux –,„ millions de des PM”€ ”lle compte plusieurs beaux succès locaux, dont vente‘privée€ visiteurs …ui n’achètent pas »€ com, PriceMinister, ‚discount, ou encore la ­Nš‚, mais il Šaut continuer à innover€ Pour Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur d’Isai et PriceMinister, © —

LA RENAISSANCE DIGITALE CONCLUSION Un emploi sur deux va être transformé La question stratégique n’est pas le Pourquoi ou va disparaître du digital mais le Comment ? Philippe Lemoine, Président de la FING David Naïm, Associé EY Advisory en charge des activités Stratégie, Marketing et Innovation ˆe rapport ˆemoine intitulé « TransŠormation numéri…ue de l’économie » est porteur d’un message positiŠ Ž malgré les nombreux en•eux ˆe  usiness ­orum souligne à …uel point aux…uels elle est au•ourd’hui conŠrontée, la le top management s’est saisi du su•et ­rance pourrait être numéro  dans la du digital€ De nombreuses …uestions transŠormation numéri…ue de certains secteurs€ se posent autour de l’activité des entreprises, ”n eŠŠet, les entreprises Šrançaises se démar…uent sur l’expérience client, les business models, par trois attitudes encourageantes Ž éveil, positivité ou encore les actiŠs, le tout dans un climat et lucidité€ de débat autour de la globalisation et ˆa révolution digitale est donc sur la bonne voie si de l’utilisation des données clients€ ˆ’”tat a elle continue d’être portée par les dirigeants …ui un rôle à •ouer en créant un cadre Šavorable seront les premiers garants de sa mise en œuvre aux investissements, en termes de fiscalité€ ˆe « comment » du digital reste dans les entreprises€ à aborder Ž initier le changement de culture, reŠondre l’expérience client, réussir la transŠormation de la distribution, innover… Nombreux sont les chantiers …ue l’entreprise doit engager pour réussir sa transŠormation numéri…ue€ ± ª

EY, transformer et créer de la valeur CERCLES DE L’APRÈS-MIDI avec le Big data EY accompagne la transformation des entreprises « Le Big data ne relève pour faire de la data un levier de performance et de pas tant d’enjeux création de valeur pérenne. techniques que d’un défi Notre offre pluridisciplinaire s’organise ainsi autour de transformation des de quatre grands domaines : organisations et de leur „ Marketing/Ventes modèle économique. „ Business Operations L’exploitation Big data Depuis sa création en –ƒ par ‚hristian ret et sa reprise „ Finance et Risque-Stratégie relève de la capacité en –— par šlain ·eill, nous avons soutenu avec beaucoup „ Gouvernance et Architecture Data à convertir la data en d’intérêt le ‚ercle  ™nnovation‘Technologies dont l’ob•ectiŠ Elle est portée par un large éventail de compétences, allant connaissances, est de promouvoir la transŠormation numéri…ue des des data scientists aux consultants en stratégie, en passant en innovation et en entreprises€ par des experts en sécurité informatique et des avocats valeur ». ‚e Šormat a prouvé son eŠficacité et c’est pour cette raison spécialisés en droit des nouvelles technologies et en …ue nous avons souhaité en reproduire les codes lors de ce protection des données à caractère personnel (privacy). premier  usiness ­orum€ šprès les séances plénières de la matinée, vous ave‡ Quelques enjeux chiffrés de la (Big) data participé aux ‚ercles du  usiness ­orum, lieu de découverte et de partage avec un expert et un dirigeant Big data Indice EY de Maturité Data d’entreprise€ ˆes sessions étaient animées par un président 43 % 18 % 17 % de séance et un •ournaliste de ­M ¥™N”€ des entreprises des entreprises d’entreprises ‚es rencontres se sont déroulées en comités restreints ont étudié ont des plans d’action « très matures » l'opportunité Big data Big data en cours dans l’exploitation pour Šavoriser des échanges plus directs€ de déploiement des données clients Pour en savoir plus sur les freins, les leviers d’action, e - 1503SG481 les missions Big data menées par EY, retrouvez l’étude anc r Y F (Big) data : où en sont « (Big) data : où en sont les entreprises françaises ? » udio E les entreprises françaises ? t sur ey.com/Advisory. . S Quelle maturité dans l'exploitation des données clients ? s é erv s é s r oit ous dr . T s ocié s t As oung e t & Y – © 2015 Erns

HOMMES & MANAGEMENT Cercle#01 : Adaptation des compétences La transformation numérique : une vision « start-up » Comment faire évoluer la culture, les compétences et Stéphanie Delestre, l’organisation de son entreprise pour réussir Co-founder & CEO Qapa sa renaissance digitale ? ˆa transŠormation est incontournable car tous les grands groupes, …uels …ue soient leurs secteurs d’activité, peuvent vivre une crise s’ils ne ”¸P”T Ž Stéphanie Delestre, Cofondatrice, Qapa prennent pas le virage du digital€ ‚ette transŠormation impli…ue un changement de paradigme, le passage de l’ère de l’optimisation de la ”T Pš‚T™‚” Ž Jean-Luc Beylat, Président, Alcatel-Lucent Bell Labs France production à celle de la multitude€ Nous entrons désormais dans une PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Marc-André Feffer, Directeur Général Adjoint, La Poste économie de rendements croissants, où la prise de ris…ue, la créativité, šN™MÉ Pš Ž Jean-Michel Salvator, Directeur de la rédaction, BFM BUSINESS l’expérimentation et la maîtrise de la multitude sont privilégiés€ šfin d’insuŠfler cet « esprit start‘up » et de réussir sa transŠormation digitale, Deux grands constats Ž — règles d’or doivent être respectées Ž ˆe r‰thme de la révolution digitale est dicté par le marché, l’environnement, € †ision Ž la transŠormation doit venir du leader, il doit partager une vision ˜ et non par l’entreprise€ ˆa transŠormation numéri…ue représente donc un –€ ‚ulture Ž cette vision doit s’accompagner d’une vraie culture d’entreprise, déŠi de taille, d’autant …ue le décalage se creuse entre la capacité cassant les codes de la culture abstraite des grands groupes ³ex Ž d’absorption de cette mutation dans le …uotidien des internautes, et celle, intégrité, …ualité…´ ˜ plus lente, dans les entreprises€ ˆa transŠormation est nécessaire mais le chemin est encore plus long pour ¡€ ‚ommunauté Ž nouer des liens étroits avec les entrepreneurs ˜ les entreprises « traditionnelles »€ ™l est ainsi nécessaire d’initier ƒ€ Hori‡ontalité et transversalité Ž développer le travail collaboratiŠ en la transŠormation en diŠ‘ réduisant les niveaux hiérarchi…ues, en Šavorisant les approches agiles et Šusant une culture digitale en alignant les visions vers un ob•ectiŠ commun ˜ solide à tous les niveaux „€ ‚réation de valeur commune Ž partager le succès en associant et dans tous les services les collaborateurs au capital ˜ de l’entreprise€ ©€ Management du changement Ž Šaire évoluer les structures en partageant une vision du changement et un ob•ectiŠ clair communi…ué auprès des collaborateurs ˜ —€ šttraction et fidélisation des talents Ž Šaire rêver les Šuturs collaborateurs afin d’attirer les meilleurs, en leur présentant ce …ue l’entreprise va leur apporter et non l’inverse€ –– –¡

L’adaptation des compétences : Cercle#02 : Efficacité collaborative le témoignage d’un « grand groupe » Comment intégrer les nouveaux modes de travail Jean-Luc Beylat, Président, et les nouveaux outils pour rendre son organisation Alcatel-Lucent Bell Labs France plus efficace ? ˆe décloisonnement est un impératiŠ …ui permet de rompre avec le Šonctionnement en silo, propre aux grosses structures€ ¥n ouverture interne tout d’abord, …ui doit Šavoriser les interactions entre générations et le travail avec les spécialistes€ ¥n décloisonnement vis‘à‘vis de l’extérieur ensuite, …ui passe par une évolution de l’environnement de travail, de l’organisation et du management€ ˆ’entreprise doit être ouverte, donner des responsabilités aux collaborateurs, du sens et un ob•ectiŠ commun à ses ”¸P”T Ž Jean-Marc Tassetto, Cofondateur, Coorpacademy salariés€ ”T Pš‚T™‚” Ž Louis-Pierre Guillaume, Knowledge Management Officer, Pour ce Šaire, šlcatel‘ˆucent a développé avec ses collaborateurs Schneider « l’innovation city » et mis en œuvre des petites é…uipes pluridisciplinaires au PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž François Barrault, Président, IDATE sein d’un « garage » et de « Šab labs », …ui permettent aux collaborateurs šN™MÉ Pš Ž Jean-Michel Salvator, Directeur de la rédaction, BFM BUSINESS d’innover à leur propre initiative, sans contraintes ni directives, ce …ui apparaît comme un élément ma•eur d’implication et de motivation, propices François Barrault, Président de séance, introduit la thémati…ue avec une à la créativité métaphore sportive sur le thème de la voile, afin de définir la …uintessence ‚es éléments doivent s’accompagner d’une plus grande tolérance dans le de l’eŠficacité Ž cha…ue individu est un proŠessionnel, un spécialiste de son management et d’une capacité à accepter la prise de ris…ues€ poste, mais doté de cette capacité de sortir de son rôle pour aider un ™l s’agit d’un en•eu ma•eur pour les grands groupes comme le rappelle coé…uipier en diŠficulté€ ™l s’agit d’un modèle organisé, capable de Šavoriser Marc-André Feffer, Directeur général Adjoint du Groupe La Poste, …ui évo…ue les principes de compagnonnage et d’initiative personnelle€ le ris…ue de Šracture sociale …ui laisserait un grand nombre de collaborateurs ‚ependant la dématérialisation de la connaissance a bouleversé les sur « le bord de la route de la transŠormation digitale »€ ™l apparaît ainsi schémas traditionnels d’organisation€ Nous sommes passés du « •e sais nécessaire …ue cha…ue métierŸŠonction de l’entreprise puisse trouver sa donc •e suis » au « •e sais donc •e partage et donc •e suis »€ ‚ette évolution de place dans cette transŠormation€ la communication ouverte et du partage de l’inŠormation bouscule également ‚onclu par Christian Pasquetti, EY les codes du leadership, c’est pour…uoi on entend désormais de plus en plus parler d’ « enabler » un succès€ –ƒ –„

Le MOOC représente une révolution sein des entreprises et d’en valider les apports€ ˆ’eŠficacité collaborative est des protocoles pédagogiques, de formation, un premier indicateur anal‰sant par sondage la satisŠaction des sponsors et des membres de chacune des communautés€ ¥ne autre approche est le dans la lignée de la dématérialisation « Net Promoter Score », les communautés Šavorisant la fierté d’appartenance et de la diffusion large de l’information à l’entreprise€ šinsi au•ourd’hui au sein de chneider ”lectric, sur   personnes Jean-Marc Tassetto, Cofondateur, possédant un P‚, „  personnes consultent cha…ue semaine au moins Coorpacademy un espace collaboratiŠ et ¡° d’entre eux ‰ contribuent directement€ ‚’est le modèle « one to many » permettant de massifier le savoir, d’aligner ˆe su•et de l’ouverture de ces communautés à l’extérieur de l’entreprise les compétences au niveau mondial et d’identifier les talents là où ils sont€ représente un en•eu primordial, …u’il Šaut manier avec précaution, la ˆes M¤¤‚ (Massive Open Online Course) s’appuient sur les codes du digital capacité à bien traiter les aspects de propriété intellectuelle et industrielle ³»ouTube, ˆinžed™n…´ Ž c’est le e‘learning –€€ se révélant complexes au regard des ris…ues de perte d’inŠormations ˆes M¤¤‚ représentent également un levier sous‘•acent puissant pour ma•eures€ diŠŠuser sa culture et sa vision, en plus du savoir€ š ce titre ils représentent ‚onclu par Christian Pasquetti, EY un en•eu ma•eur de la transŠormation géopoliti…ue du Šutur€ Les plateformes collaboratives favorisent le partage et l’enrichissement de l’information Louis-Pierre Guillaume, Knowledge Management Officer, Schneider Electric ˆe déploiement de plateŠormes collaboratives au sein des organisations Šonctionnant sous Šorme de communautés permet de mettre en avant l’interaction et de casser les silos par leur hori‡ontalité€ Nous entrons dans un modèle « many to many »€ ˆes principes Šédérateurs et Šacteurs clés de succès de ces communautés de partage transverses, sont Ž • ¥n sponsorship Šort Ž le déploiement de plateŠormes collaboratives doit être un véritable programme d’entreprise ˜ • De la visibilité interne Ž des ressources dédiées permettent de structurer, mobiliser et animer la communauté ˜ • ¥n véritable « framework » Ž un modèle de communauté Šacilitant les interactions et récompensant les contributeurs de …ualité€ ˆes en•eux de pilotage et de retour sur investissement doivent être pris en compte, afin d’assurer la pérennité de ces plateŠormes collaboratives au –© –—

COMPETITIVITÉ & PERFORMANCE Cercle#03 : Objets connectés Tous les objets pourront devenir connectés Comment les objets connectés vont-ils transformer grâce au réseau Sigfox les process des entreprises ? Ludovic Le Moan, Sigfox Comment s’adapter pour rester compétitif ? i on parle des ob•ets connectés depuis plus de …uin‡e ans, leur généralisation était •us…u’à récemment limitée à cause de leur coût, de leur ”¸P”T Ž Ludovic LeMoan, Président Directeur Général, Sigfox complexité d’utilisation et de leur Šaible autonomie€ ˆ’entreprise igŠox a ”T Pš‚T™‚” Ž Serge Darrieumerlou, Directeur Général, Somfy France déplo‰é un réseau bas débit en ­rance pour „M ³avant un déploiement mondial´ pour permettre de connecter des composants …ui auront une PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Jérôme Tolot, Administrateur Directeur Général, consommation d’énergie très Šaible, un coût inŠérieur à un euro, une petite GDF Suez taille et une capacité à se connecter instantanément à leur réseau€ ‚ette šN™MÉ Pš Ž Anthony Morel, BFM BUSINESS nouvelle technologie va permettre de connecter de nombreux ob•ets dans diŠŠérents secteurs et igŠox est dé•à en discussion avec plusieurs entreprises en ­rance pour connecter « leurs » ob•ets€ ‚ette nouvelle technologie va permettre de connecter de nombreux ob•ets dans diŠŠérents Les acteurs traditionnels sont bousculés, secteurs et igŠox est dé•à en discussion avec plusieurs entreprises en mais pas menacés ­rance pour connecter « leurs » ob•ets€ ½iloutou a adopté ces ob•ets connectés pour protéger certains de ses é…uipements de chantier les plus Jérôme Tolot, GDF Suez onéreux, envisageant même de connecter ses –„  machines€ ‚ela leur ˆe dernier ‚” ³‚onsumer ”lectronic ho²´ de ˆas †egas a montré …ue la permettra non seulement de lutter contre le vol, mais également d’obtenir ­rance est à la pointe en matière d’ob•ets connectés et …u’elle ne man…ue des données sur leur usage€ pas d’idées à développer€ Tous les secteurs sont concernés par ces ob•ets …ui s’immiscent désormais dans tous les espaces de notre vie, …u’elle soit Révolutionner la manière de faire proŠessionnelle ou personnelle€ ™ls pourraient même menacer les acteurs traditionnels en termes de compétitivité Ž tout l’en•eu pour eux consiste dès du marketing lors à voir en …uoi ces ob•ets connectés peuvent changer la répartition de Serge Darrieumerlou, Somfy valeur, et surtout en créer une supplémentaire€ ˆes entreprises sont en plein …uestionnement omŠ‰, leader des ob•ets connectés dans l’habitat, aspire à concrétiser concernant l’adaptation de leur processus et le concept de « smart home » en créant des réseaux d’é…uipements de leur organisation pour saisir cette connectés€ ¥n tel réseau opérationnel contribuerait Šortement à améliorer opportunité liée au traitement des données le service rendu au client, aidant de ce Šait à le fidéliser tout en Šavorisant remontées par ces ob•ets connectés€ l’émergence de nouveaux services€ ˆes possibilités d’utilisation des données collectées auprès des consommateurs sont également immenses€ ˆes ob•ets connectés permettent de cerner l’usage réel du produit et de comprendre les habitudes –± –ª

du consommateur€ ˆ’expérience client s’en trouve améliorée Cercle#04 : Mondialisation et numérique à tous les niveaux Ž en amont, lors de la conception de nouveaux produits ˜ pendant l’utilisation même du produit, pour en optimiser et en sécuriser Comment le numérique peut aider à contrôler l’usage ˜ en aval, pour gérer le service après‘vente, améliorer les sa chaîne de valeur ? programmes de fidélité, ou prévenir le vol par exemple€ ˆa …uestion de la sécurisation des données est légitime€ ˆa crainte du ”¸P”T Ž Serge Soudoplatoff, Cofondateur de Scanderia et auteur mouchard ou d’une utilisation mal intentionnée est réelle che‡ les ”T Pš‚T™‚” Ž Olivier Delabroy, Directeur R&D, Air Liquide consommateurs€ ˆ’utilisation des données doit se Šaire à bon escient pour instaurer un climat de confiance€ DiŠŠérents niveaux de sécurité devront être PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Claude Imauven, Directeur Général Adjoint, Saint- mis en œuvre en Šonction de la criticité des données Ž un en•eu dont les Gobain industriels ont pleinement conscience€ šN™MÉ Pš Ž Anthony Morel, BFM BUSINESS ”nfin, pour rester compétitives, les entreprises Šrançaises devront envisager des partenariats sur l’utilisation des données collectées, afin de créer un environnement propice à l’innovation et au développement de produits€ Fun + Collaboration + Engagement ‚onclu par Cédric Foray, EY Serge Soudoplatoff, Cofondateur de Scanderia Serge Soudoplato……, estime …ue le succès de la révolution numéri…ue est conditionné par le bon échange d’inŠormations, et la conŠiance en la communauté online Ž « Nous passons d’une économie de stocžs à une économie de Šlux »€ ¥ne tendance …ui touche plus particulièrement le concept même d’innovation, …ui est appelée à évoluer avec le développement de modèles communautaires, comme le « co-design », ou les s‰stèmes d’ « open innovation »€ ˆego a ainsi lancé une plateŠorme de co‘design pour ses prochains modèles, avec un reversement de revenu pour les internautes dont les pro•ets auront été retenus€ ˆa renaissance digitale permet de « reconfigurer les entreprises »€ « ˆe tript‰…ue gagnant, c’est ­un ¾ ‚ollaboration ¾ ”ngagement »€ « ­un » pour le •eu, un support …ui Šacilite les échanges et l’intégration des inŠormations, notamment pour appréhender un contexte mouvant lié au digital€ ˆa « collaboration » doit passer entre autres par des échanges intergénérationnels pour mélanger transmission d’expérience et culture digitale€ ”lle peut prendre la Šorme de reverse mentoring par les •eunes générations, comme che‡ ®D­ ue‡ ou la création de communautés online€ ”nfin, « l’engagement » des collaborateurs est vital pour réussir la ¡ ¡

transŠormation digitale€ ˆe numéri…ue doit être au cœur des préoccupations L’impulsion doit venir du président des dirigeants€ ™l est à noter …ue l’échelon managérial …ui souŠŠre le plus dans cette transŠormation est le middle management, ce …ui •ustifie souvent un Claude Imauven, accompagnement au changement et un support de community managers pour DGA Saint Gobain Šaire vivre les nouvelles communautés « digitales » au sein des entreprises€ ˆe top management doit adopter une « vision transŠormationnelle » et créer « l’engagement » auprès des salariés pour réussir la transŠormation digitale€ Comment rester des champions ™l doit comprendre, comme le dit édric oray, Partner chez EY, …ue « la transŠormation digitale, ce n’est pas …u’utiliser le numéri…ue, c’est de la 3e révolution industrielle ? se transŠormer en proŠondeur »€ Olivier Delabroy, šir ˆi…uide a mis en place, sous le mandat de son Président, un ™‘ˆab à Directeur R&D Air Liquide astille€ ‚elui‘ci réunit une …uin‡aine de personnes …ui, en réfléchissant aux usages de demain, ont pour mission de « transŠormer les ris…ues en š l’heure de la renaissance digitale, les business models, les métiers et opportunités pour le groupe »€ ˆa course à la transŠormation est donc bel et l’organisation des entreprises se transŠorment€ ˆe digital a un véritable bien lancée dans un mode itératiŠ, où le droit à l’erreur ne sera pas Šorcément pouvoir transŠormationnel ˜ c’est un ris…ue, oui, mais surtout une s‰non‰me d’échec, à l’instar des pure players du digital€ opportunité » aŠŠirme †livier ‡elaroy€ Claude Imauven, DGA de Saint- ‚onclu par Cédric Foray, EY Gobain, expli…ue …ue « le digital permet de créer un accès plus direct à nos diŠŠérentes catégories de clients et au client final sans être enŠermé par le premier client pa‰eur ³…´ et de créer une chaine de fidélisation€ ³…´ ˆe digital est aussi un Šormidable outil de productivité »€ ˆe véritable en•eu des dirigeants de grands groupes est de mettre en mouvement leurs entreprises€ ¡– ¡¡

NOUVEAUX BUSINESS MODELS Cercle#05 : Retail, e-commerce, Les facteurs clés de succès pour réinventer web to store son business model Comment optimiser ses efforts entre les différents Trois Šacteurs clés de succès permettront aux distributeurs d’inventer le business model de demain Ž le cross-canal, l’utilisation des nouvelles canaux de distribution ? technologies pour transŠormer en proŠondeur l’expérience client sur les points de contacts, ainsi …ue le développement de modèles économi…ues ”¸P”T Ž Marie Ekeland, Coprésidente de France Digitale complémentaires à la distribution traditionnelle€ ”T Pš‚T™‚” Ž Thomas Petuaud Letang, Directeur général, Lapeyre Le cross-canal : PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Pierre Bouriez, Directeur Général Opérations, Cora Thomas Petuaud Letang, Directeur général de Lapeyre, a Šait du cross-canal šN™MÉ Pš Ž Philippe Bloch, BFM BUSINESS une priorité …u’il décrit comme « un ensemble cohérent et complémentaire » entre les …uatre points de contacts clients de ˆape‰re Ž catalogue, magasins, ²eb et call center€ ‚ette digitalisation permet pour lui de « d‰namiser le Le modèle « Pure player » challengé commerce, valoriser la mar…ue et fluidifier l’expérience client »€ ”n –, ˆape‰re avait lancé le « Click and Collect » pour contrer l’apparition du par les Click and Mortar showrooming€ et continuer d’exploiter rentablement les magasins et sites de ˆe digital a transŠormé les attentes des clients vis à vis des mar…ues et des stocžage€ Depuis, ˆape‰re ne cesse de se digitaliser et prévoit en –„ le distributeurs˜ elles sont au•ourd’hui dictées par les leaders du ²eb et du lancement d’un site mobile et d’un catalogue électroni…ue pour atteindre e‘commerce€ Dès lors, la digitalisation du business model des distributeurs une « cross‘canalité complète » d’ici –©€ ‚ette stratégie a Šait ses preuves est incontournable€ Néanmoins, la rentabilité des pure players e-commerce en –ƒ, puis…ue ©° des clients ²eb sont des nouveaux clients, et ±„° des est au•ourd’hui complexe à atteindre€ ˆes clients sont dé•à passés sur le site ²eb€ coûts logisti…ues ainsi …ue le développement Les nouvelles technologies : du web rooming pèsent Šortement sur leurs résultats€ š titre d’exemple, avec ƒ° ˆa transŠormation de l’expérience client grâce aux technologies mobiles, à d’augmentation des coûts logisti…ues entre la data et à la digitalisation des points de vente est un autre Šacteur clé de –¡ et –ƒ, šma‡on voit sa croissance succès€ ˆe mobile est d’autant plus important …u’il accompagne de plus en e en pourcentage de plus l’achat des clients en magasin€ šinsi, ° des ventes en bouti…ue sont ralentir et se classe  croissance derrière des acteurs plus dé•à Šaites en utilisant le smartphone comme outil d’aide à la décision€ Dans traditionnels ³autreŠois Brick and Mortar´ cette opti…ue, ˆape‰re expérimente de nouvelles technologies mobiles comme ·almart ou Mac‰’s€ ‚omme le comme le QR code et les iBeacon€ ¥n autre exemple est Mobi ider, une souligne Marie Ekeland, Co-présidente de start‘up …ui propose aux enseignes des dispositiŠs …ui permettent de France Digitale, « le digital est nécessaire, mais pas suŠŠisant »€ ˆes télécharger des inŠormations utiles sur les smartphones des clients distributeurs traditionnels ont donc une carte à •ouer et peuvent bâtir leur ³applications mobiles, et autre contenus de communication´, afin de les business model de demain ³Click and Mortar´ grâce au digital€ aider à Šaire leurs achats€ ˆ’utilisation de la data client est aussi une vraie opportunité pour les distributeurs et comme le rappelle Marie ˆeland, ¡ƒ ¡„

« une vraie boucle de retour » pour les acteurs du retail€ ®ap et šsos utilisent Cercle#06 : La relation client par exemple les services d’”ditd, une start‘up …ui optimise les ventes de l’industrie du vêtement en proposant les bons produits au bon moment€ à l’ère du customer-driven De nouveaux modèles économiques : Comment améliorer l’approche personnalisée ”nfin, les distributeurs peuvent innover grâce à des modèles économi…ues de ses clients ? complémentaires à la distribution traditionnelle comme les « marketplaces », les modèles d’intermédiation entre particuliers ³širbnb, ˆeboncoin´, ou ”¸P”T Ž Grégory Gazagne, Directeur Général EMEA, Criteo encore les nouveaux modèles logisti…ues ³Tož tož tož´€ šinsi, en –ƒ, ”T Pš‚T™‚” Ž Yan Hascoet, Fondateur et PDG, Chauffeur-Privé environ ƒ° des „ milliards de produits vendus par šma‡on dans le monde PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Jean Clamon, Directeur Général Délégué, BNP Paribas l’ont été via sa marketplace€ šN™MÉ Pš Ž Alain Bosetti, BFM BUSINESS Les prérequis de la transformation sont techniques, mais surtout humains L’explosion des data ouvre la voie £ue ce soit pour bâtir une vision à ¡©° du client ou pour automatiser une à de multiples opportunités business partie des interactions clients, il est nécessaire d’adapter ses s‰stèmes d’inŠormation en proŠondeur€ ‚’est un des pro•ets ma•eurs …ue mène Grégory Gazagne, actuellement ˆape‰re d’après son directeur général Thomas ‰etuaud Directeur Général EMEA, Criteo Letang€ ƒ,ƒ Àeta b‰tes Ž c’est le volume de l’ensemble des data dans le monde selon Mais pour réussir cette transŠormation, le changement est avant tout l’Executive Managing Director de Criteo, Grégory Gazagne€ ¥n volume …ui humain€ Marie ˆeland souligne …u’il Šaut « mettre les organisations à plat représente une pile d’iPad šir ¡– ® d’une hauteur de la moitié de la pour être plus flexibles et réactiŠs et pouvoir expérimenter dans les oŠŠres »€ distance entre la Terre et la ˆune€ ˆe développement des réseaux sociaux, Motiver les vendeurs est également crucial si l’on veut donner toute sa ainsi …ue la Šorte accélération des capacités de stocžage et de traitement valeur aux points de contacts …ue sont les bouti…ues€ ‚he‡ ˆape‰re, les simultanément avec la réduction des coûts technologi…ues, ne cessent magasins reçoivent des commissions lors…u’un « Click and Collect » a lieu d’alimenter une croissance accélérée du volume de données€ sur leur point de vente, encourageant ainsi les vendeurs à promouvoir leurs ‚ette proliŠération des données, notamment des données clients, ouvre la produits même si le client achète sur ™nternet€ ˆe Šrein culturel est aussi voie à de nombreuses opportunités business, …u’il s’agisse d’optimiser la important à lever, la rigidité des méthodes de travail Šreinant souvent perŠormance du maržeting digital ‘ comme le Šait ‚riteo ‘ pour rendre l’entrée du digital dans le métier des l’expérience client exceptionnelle ‘ comme s’‰ attèle ‚hauŠŠeur‘prive€com ‘, collaborateurs€ ‚omme l’expli…ue Pierre ou d’améliorer la connaissance client comme la start‘up Šrançaise Bouriez, Directeur général des opérations de ‰nthesio€ Cora, « les collaborateurs sont pour la plupart dé•à digitaux dans leur vie privée, il ˆ’algorithme mis au point par ‚riteo, leader mondial du « retargeting » ne reste plus …u’à ce …u’ils le deviennent publicitaire en ligne, prévoit les intentions d’achat des internautes à partir dans leur vie proŠessionnelle »€ de leur histori…ue de navigation, ce …ui lui permet d’aŠficher des publicités ‚onclu par Fabien Bouskila, EY très ciblées ³« the right product to the right user at the right time on the right device with the right creation »´ et de passer le taux clic mo‰en de ,—° à ¡© ¡—

près de ,„°€ ‚riteo se rémunère en prenant ° du chiŠŠre d’aŠŠaires ˆ’obsession du client est primordiale che‡ ‚hauŠŠeur‘privé Ž une note et un généré sur le site de son client e‘commerçant€ ‚’est au•ourd’hui un des plus commentaire sont, par exemple, s‰stémati…uement demandés à l’issue beaux succès de la « French Tech »€ d’une course€ ”nviron „° des courses sont notées par les clients, et „° šu‘delà des pure pla‰ers du ²eb, certains acteurs traditionnels comme les commentées€ ‚hauŠŠeur‘privé répond à ° des commentaires€ ˆe retour opérateurs télécom, les ban…ues, et les distributeurs sont assis sur une du client est central, Šan ‹ascoet raconte à ce titre …ue lors du lancement mine d’or de données clients€ ™ls peuvent l’exploiter à condition d’activer du service, il répondait lui‘même aux …uel…ues di‡aines de mails clients trois grands leviers Ž l’obsession du client, le développement de leur …u’ils recevaient par •our€ De son côté, ‚riteo a choisi de promouvoir les inŠrastructure data et l’adoption de modèles organisationnels plus agiles€ oŠŠres les plus adaptées aux attentes du client et non pas celles …ui rapportent le plus de marge aux distributeurs€ ˆes acteurs vont devoir adapter leur inŠrastructure inŠormati…ue pour Le client attend aujourd’hui une approche exploiter leur « patrimoine data »€ ˆa …uantité et la précision des data personnalisée récoltées est en eŠŠet cruciale selon ƒrégory ƒaagne de ‚riteo, …ui rappelle …ue « plus on a de données, plus on est pertinent »€ ‚ela impli…ue par Jean Clamon, exemple le déploiement et l’interconnexion de plateŠormes ‚M et de DMP Directeur Général Délégué, BNP Paribas ³Data Management Platform´, au‘delà de la seule utilisation de tags HTMˆ€ ”nfin, l’agilité organisationnelle est aussi essentielle pour pouvoir tester le client et adapter son modèle€ ‚riteo en est le parŠait exemple Ž lancée en L’utilisation des données clients permet –„ sur la recommandation de D†D et de †¤D en mar…ue blanche, également d’offrir une expérience client l’entreprise a « pivoté » plusieurs Šois avant de trouver le business model …ui exceptionnelle Šait au•ourd’hui son succès€ ‚onclu par Fabien Bouskila, EY Yan Hascoet, Fondateur et PDG, Chauffeur-Privé ¥n but vers le…uel tend l’opérateur de †T‚ ‚hauŠŠeur Privé€ Pour Yan Hascoet, son ‚”¤ et ­ondateur, la communication devient de plus en plus virale via le bouche à oreille et les réseaux sociaux€ Dès lors, la satisŠaction client est essentielle si l’on veut communi…uer une bonne image et se Šaire connaitre€ ”n somme, « il Šaut avoir l’obsession du client avant tout€ ”t pour …u’un client parle de vous, il ne Šaut pas seulement le satisŠaire, il Šaut le surprendre »€ ˆ’utilisation de la data permet non seulement de Šournir un service personnalisé, mais aussi d’anticiper les attentes des clients€ ¥n excellent mo‰en, selon Šan ‹ascoet de surprendre des clients est de réagir au‘delà de ses attentes en cas « de crise »€ ™l expli…ue par exemple …ue si un chauŠŠeur surŠacture le temps d’attente d’un client, un problème détecté Šacilement grâce aux données récoltées, le client est dédommagé du double automati…uement, avant même …u’il ne sache …ue ce problème est arrivé€ ‚réée il ‰ a trois ans, la start‘up est valorisée à –„ millions d’euros et est en pleine expansion€ ¡± ¡ª

L’INNOVATION A PORTÉE DE MAIN Cercle#07 : Les services dans un monde On peut classer les objets connectés en trois grandes fonctions : connecté ´ šccès au réseau ³utilisateur actiŠ´ –´ Tracžing, telemonitoring ³utilisateur passiŠ´ Quels nouveaux services d’entreprise peut-on mettre ¡´ Domoti…ue et Machine to Machine ³roboti…ue´ en place pour enrichir son offre ? Les grands défis que posent aujourd’hui les objets connectés : ”¸P”T Ž Charles Gresset, Directeur Technique et de l’Innovation, Digital £ui va assurer l’exploitation en termes de service de ces données “ £uelle Dimension utilisation et …uel Šeedbacž en donner aux utilisateurs “ ‚omment gérer ”T Pš‚T™‚” Ž Albert Asseraf, Directeur Général Stratégie, Etudes et cette menace de « s…uee‡e » des organisations traditionnelles par de Marketing, JC Decaux nouveaux acteurs “ ”nfin comment protéger l’utilisateur “ PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Martin Vial, Président de Premium Care, ancien DG L’Etat a-t-il un rôle à jouer ? du groupe Europ Assistance šN™MÉ Pš Ž Pierre Kupferman, BFM BUSINESS ‚ertains ”tats ont avancé dans la digitalisation de leurs services, il semble …ue l’on se tourne vers un double rôle de Šacilitateur et d’acteur car l’”tat est également Šournisseur de services pour les cito‰ens€ Les services connectés constituent une A l’ère des objets connectés, quelle est notre véritable révolution pour le monde des services maturité pour enrichir les offres de service ? Martin Vial, Pour quelles perspectives ou opportunités Président de Séance et Président de Premium Care de business ? ˆe monde vit actuellement un ensemble de bouleversements …ui Charles GRESSET, transŠorment durablement les modèles économi…ues des entreprises, et Expert et Directeur Technique nous n’en sommes …u’au début€ šu‘delà de la proliŠération de technologies et de l’Innovation, Digital Dimension. innovantes et variées, nous assistons à des bouleversements des business models générés et des usages des consommateurs€ ”n –±, on comptera –€© milliards d’ob•ets connectés ³pour ¡,ª milliards Par ailleurs la multiplication des ob•ets connectés créera d’autant plus de d’internautes´ dans le monde€ besoins en nouveaux services Ž les champs d’application sont donc infinis… ”n ––, on devrait en dénombrer entre „ et ± milliards  š l’échelle mondiale, le nombre d’ob•ets connectés est estimé en –ƒ ”ntre –„‘––, —„° de la croissance sera liée à d’autres ob•ets connectés à à plus ª Milliards d’ob•ets, et la ­rance en comptait ¡„ Millions en –¡€ ™nternet …ue les terminaux classi…ues, principalement composés de ¥n marché …ue ‚isco estime à l’hori‡on –– à ƒ  Milliards de Á€ capteurs autonomes et d’accessoires de santé€ ˆes experts de ®artner l’estiment …uant à eux à ©  MdÁ€ ƒ ƒ

ˆa ­rance devrait compter ƒƒƒ€© millions d’ob•ets connectés en –± pour Cercle#08 : Robotisation et prospectives „ª millions d’internautes ³soit — ob•ets par habitant´ contre –„ƒ,± millions en –¡ ³soit ƒ ob•ets connectés par habitant´€ Comment les innovations comme l’impression 3D, ˆe trafic de données lié au développement des applications M–M s’élèverait, les robots ou la voiture connectée en –±, à „° du trafic global sur les réseaux ™P, contre seulement ,¡° en changeront notre façon de travailler ? –¡€ ˆes principaux en•eux technologi…ues des ob•ets connectés Ž ”¸P”T Ž Max Blanchet, Associé senior en charge de l’industrie, Roland Berger ´ ”n•eu sur les standards Ž …uelles normes “ PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Michel Cosnard, Conseiller du Président, INRIA –´ ”n•eu sur le matériel Ž …ui va devenir l’opérateur des ob•ets connectés de šN™MÉ Pš Ž Pierre Kupferman, BFM BUSINESS la maison “ ¡´ ‚ontraintes opérationnelles Ž inŠrastructures, alimentation et sécurité L’humanité est à la veille d’une nouvelle ƒ´ ”n•eu sur la mise en place de bacž end ™oT ³inŠrastructure techni…ue des ère industrielle, après la mécanisation, ob•ets connectés´ l’industrialisation et l’informatisation 4% des objets de JCDecaux sont « digitalisables » Michel Cosnard, Conseiller du Président INRIA Albert ASSERAF, Michel erres, philosophe, Šait un parallèle entre aint‘Denis …ui tenait dans Directeur Général Stratégie, Etudes et Marketing, ses bras sa tête coupée, et nos ordinateurs portables, smartphones et JCDecaux tablettes, …ui sont au•ourd’hui nos têtes …ue nous transportons en ‚ertaines innovations présentées par  Decaux ont su se développer sur permanence avec nous€ des contraintes initiales, à l’instar du †élib’, …ui nécessite une régulation Nous assistons en ce moment à la •onction du développement industriel et naturelle de ª–° pour …ue le programme Šonctionne, la régulation du développement inŠormati…ue€ ˆa roboti…ue est de plus en plus programmati…ue n’étant …ue complémentaire€ šinsi le †elib’ est un ob•et indissociable du secteur industriel€ connecté …ui Šournit position et statut des stations€ ”nfin, au regard des diŠŠérents articles publiés par ”lon Musž, tephen  Decaux utilise également son réseau d’abribus pour Šournir des Ha²žing ou ill ®ates, pouvons‘nous voir dans l’™ntelligence artificielle un extensions de réseau de bornes ƒ® ou des oŠŠres ²ifi pour la ville, complète danger pour l’humanité, et si oui comment la maîtriser “ Alert Assera…€ « ™l demeure néanmoins de nombreuses in…uiétudes concernant la On estime à 43% le nombre d’emplois qui régulation et la gestion des données Ž sur …uoi la légitimité d’un opérateur universel pourront être robotisés à court terme, ce qui des données doit‘elle se baser “ » note représente près de 140Md€ d’économies rédéric LevauŒ, Directeur che‡ ”»€ ‚onclu par Frédéric Levaux, EY Max Blanchet, Associé senior en charge de l’industrie Roland Berger ƒ– ƒ¡

ˆa roboti…ue n’est pas un su•et nouveau, nous sommes à l’aube Quels impacts économiques ? du développement de nouvelles technologies dans un contexte de sous‘ ˆ’automatisation ne vise pas à remplacer le travail de l’homme€ ™l convient emploi chroni…ue€ en eŠŠet de mesurer l’impact de la robotisation par le ¤‚” ³eturn on « ˆa révolution …ue nous vivons peut être …ualifiée de évolution industrielle ƒ€ »Ž ‚apital ”mpo‰ed´ Ž si le capital emplo‰é est plus important ³du Šait de €´ ™ndustrialisation l’investissement nécessaire pour la robotisation´, il Šaut …ue le retour attendu soit supérieur au retour existant ³le travail humain´ pour …ue –€´ šutomatisation l’é…uation soit économi…uement viable€ ¡€´ oboti…ue Comment créer plus de valeur ? ƒ€´ ™nter‘connectivité elocalisation, régionalisation, customisation de masse sont des possibilités ˆa grande menace …ue représente la machine pour l’homme n’a •amais été permises par la robotisation car le modèle des économies d’échelle autant d’actualité€ ˆa ­rance compte ¡ƒ  machines et robots et un taux et la logi…ue de délocalisation sont remis en cause par la robotisation€ de robotisation de —Ÿ , contre ©  en šllemagne pour un taux ˆes tâches humaines iront donc …uant à elles tou•ours vers plus de valeur de ƒŸ € ¤r on observe …ue plus il ‰ a de robots dans une industrie, a•outée€ ™l n’est pas nécessaire d’avoir une sur…ualification pour opérer plus le nombre d’emplois ‰ est élevé€ šinsi le taux de robotisation crée au les machines car les interŠaces utilisateurs s’améliorant, l’usage est plus contraire de la croissance et donc de la valeur a•outée€ simple pour les salariés€ Néanmoins il est évident …ue le temps libéré devra ˆa ­rance investit moins …ue la dépréciation de son é…uipement, on assiste être emplo‰é à Šaire autre chose€ ˆors des révolutions précédentes le temps donc à un vieillissement programmé de l’outil industriel Šrançais€ ¤r il existe libéré a contribué aux développements d’industries nouvelles ³tourisme, une corrélation claire entre le Šait de disposer d’outils modernes et la loisirs€€´€ ‚ela pourra‘t‘il être encore possible “ création de valeur a•outée€ « ˆa robotisation n’est pas un su•et nouveau, mais elle entre au•ourd’hui L’acceptabilité sera la clé du développement dans une ère nouvelle, intelligente et interconnectée€ » note rédéric LevauŒ, de certaines applications robotiques Directeur che‡ ”»€ ˆes pièces deviennent intelligentes, Frederic Levaux, les usines deviennent plus autonomes, Directeur EY les postes des opérateurs sont reconfigurés ˆe cadre législatiŠ de la voiture autonome n’est clairement pas encore tandis …ue les opérateurs se contentent de stabilisé notamment concernant la responsabilité€ contrôler sans intervention manuelle, les unités de travail sont optimisées pour De nombreuses …uestions ont été posées sur la sécurité des données€ ‚ar à Šonctionner –ƒhŸ–ƒ€ partir du moment où on lui transŠère plus de responsabilités, la sécurité, la ˆa robotisation ne se limite pas à une usine hacžabilité d’un ob•et devient d’autant plus problémati…ue€ mais à un réseau d’usines avec des ”nŠin, l’impression ¡D représente un vecteur de développement et de Šournisseurs et des clients€ relocalisation pour la ­rance€ este à en déŠinir le meilleur modèle ¥n phénomène …ui touche d’autres secteurs, avec l’apparition de drones, de économi…ue Ž imprimante ou cartouche “ smart Šarming ou d’automatisation dans l’agriculture, et la tendance à ‚onclu par Frédéric Levaux, EY l’automatisation …ui touche la logisti…ue€ ƒƒ ƒ„

L’APPROCHE CUSTOMER CENTRIC Cercle#09 : Big data et analytics ‚he‡ Nuxe, par exemple, l’idée de lancer la version parŠum de l’huile prodigieuse est venue de l’exploitation des données remontant de leurs Comment exploiter les données de son entreprise clientes€ et créer de la valeur autour de nouveaux services ? ˆa réconciliation des données online et oŠŠline permet de créer des expériences clients innovantes€ ‚’est ainsi …ue che‡ ephora, si vous êtes Sur quelles plateformes ? une cliente Šrançaise habituée à acheter ses produits online, en entrant dans une bouti…ue à N», vous sere‡ immédiatement reconnue comme telle ”¸P”T Ž Jean Neltner, Cofondateur et Directeur Général, Fifty-five et le vendeur connaitra votre profil et vous proposera des produits adaptés à ”T Pš‚T™‚” Ž Murielle Caillau, Directrice Activités Digitales, Nuxe vos goûts personnels…€¥ne expérience plus personnalisée …ui permet de PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Bertrand Mabille, Directeur Général, Carlson ré‘enchanter la relation entre un client et une mar…ue€ Wagonlit Travel šN™MÉ Pš Ž Catherine Barba, BFM BUSINESS La technologie n’est plus le frein principal Jean Neltner, Cofondateur Il faut décloisonner et intégrer les fonctions et Directeur Général, Fifty-Five liées aux datas dans l’entreprise pour créer šu•ourd’hui, les solutions pour collecter les données, les stocžer et les de la valeur client anal‰ser sont légion€ ”n revanche, le principal défi est d’être capable de choisir une data management plateŠorme, DMP, appropriée aux besoins de Bertrand Mabille, l’entreprise€ ¥ne DMP permet •ustement de rapprocher et de gérer des Directeur Général, Carlson Wagonlit Travel données issues de s‰stèmes diŠŠérents, t‰pi…uement des données hétérogènes de l’online et de l’oŠfline€ ™l existe de nombreux Šournisseurs de ™l existe une multitude de données exploitables relatives au client Ž les données DMP, des start‘up mais aussi des grands éditeurs de solutions issues du monde « oŠfline » ³données du ‚M, données de vente, données inŠormati…ues, proposant des plateŠormes dont la technologie, la couverture services client…´, les données issues du monde « online » ³données site ²eb, Šonctionnelle et le coût varient énormément€ Pour choisir la DMP la plus e‘commerce, applis mobiles, réseaux sociaux…´, et également adaptée, il Šaut privilégier une approche pragmati…ue€ ™l vaut mieux réaliser les données relatives à la mar…ue ³dépenses publicitaires, données relatives un audit de l’existant en termes de s‰stèmes de données, puis réaliser des à l’audience…´€ ˆe croisement et l’anal‰se de toutes ces données permettent pilotes avec un ou plusieurs Šournisseurs de DMP et enŠin investir de aux entreprises de mieux Ž manière graduelle€ • comprendre les attentes et les besoins de leurs clients • concevoir de nouveaux produits Sans l’appui de mon management, • cibler leurs diŠŠérents segments de clients et leur proposer des services rien n’aurait été possible adaptés, • appréhender l’expérience multicanale ³plus innovante et Šluide´, Murielle Caillau, notamment entre le monde online et oŠfline€ Directrice des activités digitales, Nuxe ƒ© ƒ—

šu‘delà des contraintes techni…ues, les grands défis pour mettre en œuvre Cercle#10 : Fidélisation et small data des approches ig Data restent néanmoins l’humain, la structure organisationnelle et la culture d’entreprise€ ˆe premier constat est …u’il est Comment garder ses clients ? indispensable d’avoir l’appui soutenu des dirigeants de la société pour mettre en œuvre des approches ig Data ‚lient€ ˆes dirigeants doivent ”¸P”T Ž Raphaël Wetzel, Cofondateur et PDG, So Shape prendre conscience …ue le croisement des données est créateur de valeur et ”T Pš‚T™‚” Ž Bruno Alazard, Directeur e-commerce, Christian Louboutin permet de transŠormer l’expérience client€ Pour casser les silos entre les directions …ui collectent les diŠŠérentes bribes de data et ceux …ui sont PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Bruno Crémel, General Partner, Partech responsables des produits et de l’expérience client, la volonté et le soutien šN™MÉ Pš Ž Catherine Barba, BFM BUSINESS du management est incontournable€ ¥ne Šaçon de casser ces silos est de mettre en place une direction transversale, composée d’é…uipes pluridisciplinaires, en mesure de manipuler les données et de créer des Pourquoi dépenser des millions d’euros, expériences clients innovantes et multicanales€ alors que nous avons sous nos pieds Nike a fait du cross functional une mine d’or d’informations ? la clé de sa réussite Bruno Crémel, General Partner, Partech Catherine Barba, Toutes les mar…ues cherchent à fidéliser leurs clients€ Mais tout le monde Animatrice BFM BUSINESS ne peut pas s’oŠŠrir de coûteux ‚M ni lancer des grands pro•ets de DMP ou encore investir des millions d’euros en publicité€ ‚ertaines start‘up, comme šu‘delà des données dites transactionnelles ³données ‚M, sites ²eb, etc€´, o hape, ont ainsi créé des approches extrêmement innovantes€ o hape un nouveau t‰pe de données émerge Ž il s’agit des données générées par a Šait le choix des réseaux sociaux, principalement ™nstagram, comme canal les ob•ets connectés, …ui ouvrent aux mar…ues un vaste champ d’innovation privilégié de la relation avec ses clients€ ®râce à ™nstagram, la start‘up et d’inspiration€ communi…ue et interagit avec ses clients de Šaçon permanente, les observe Niže a ainsi lancé des chaussures dotées de mini capteurs connectés, sans être intrusiŠ et crée une nouvelle Šaçon de vivre avec eux€ o hape a permettant de collecter coordonnées ®P, vitesse, accélération, altitude, ainsi remporté le pari de transŠormer cette small data en vraie source etc€ ”lles leur permettent de mieux connaitre leurs clients mais également d’enrichissement de la connaissance du consommateur, et surtout de de créer des services innovants tels …ue réinventer sa relation client€ des applications grand public pour suivre ‚es approches ne sont pas uni…uement réservées aux start‘up€ ses perŠormances et progrès€ De concepteur ¥ne société comme ˆape‰re, …ui vend notamment des cuisines et …ui de chaussures, Niže devient ainsi coach souhaite détecter les moments de vie où les Šamilles vont décider d’investir sportiŠ€ ‚’est une véritable révolution de dans une nouvelle cuisine ou une nouvelle douche, réfléchit à des mo‰ens la relation client …ui permet aux mar…ues innovants d’identifier ces signaux Šaibles et d’interagir de Šaçon subtile avec d’être en lien direct et permanent avec leur ses clients et prospects€ client final€ ‚onclu par Karim Ben Djemiaa, EY ƒ± ƒª

Il faut créer une relation d’amour Instagram devient pour beaucoup de marques avec ses clients un canal de relation client important Catherine Barba, Bruno Alazard, Animatrice BFM BUSINESS Directeur e-commerce chez Louboutin ˆ’approche mise en place par o hape est basée sur l’empathie avec ˆe choix des réseaux sociaux sur les…uels investir est crucial et doit être le client et s’appuie sur une disponibilité –ƒŸ—€ Raphaël Wetel, le PD® étudié avec attention en Šonction du résultat souhaité et de la cible client€ de cette start‘up, passe ainsi plusieurs heures par •our à répondre aux Raphaël Wetel a ainsi choisi ™nstagram comme son cœur de cible, après sollicitations de certains de ses clients et assure les traiter comme s’ils s’être aperçu …ue la portée des posts ™nstagram était beaucoup plus grande étaient des membres de sa Šamille€ ™l est …ue celle des posts ­aceboož sur ses droits€ uivant ce même esprit, les bien entendu inimaginable économi…uement bouti…ues ˆouboutin aux ”tats ¥nis utilisent ™nstagram pour développer des de consacrer un temps « inŠini » à ° relations plus personnalisées avec leur client€ ˆes dirigeants souhaitant de ses utilisateurs€ ˆe pari …ui est Šait est mettre en œuvre des approches small data doivent étudier avec soin …uels le suivant Ž en se Šocalisant et en portant une réseaux sociaux leurs permettront de nouer des liens plus étroits avec leurs attention soutenue sur une poignée d’individus clients€ inŠluents, ces derniers deviendront des ambassadeurs de la mar…ue et seront ‚onclu par Karim Ben Djemiaa, EY de merveilleux porte‘paroles « indépendants » sur les réseaux sociaux€ La question clé est celle de la scalabilité Raphaël Wetzel, Cofondateur et PDG, So Shape šssurer le succès d’une telle stratégie à grande échelle demande de relever un défi ma•eur Ž trouver un modèle …ui permette de concilier proximité, empathie vis‘à‘vis de son client et maitrise des coûts et de la …ualité de la relation€ ‚he‡ o shape, il n’‰ a pas de « vendeur », « de chargés de clientèle » mais des « amis », des « Šrères ou sœurs »€ ˆe défi …ui attend o hape sera de recruter à plus grande échelle des profils …ui ont cette capacité d’écoute, cette empathie, de les Šormer et de les motiver sur le long terme€ ™l convient également de trouver un •uste é…uilibre pour palier le sentiment d’intrusion …ui peut résulter des interactions sociales€ ‚omme en témoigne atherine ara, le service client d’un opérateur …ui appelle un vendredi soir pour pousser un nouveau produit peut être perçu comme très intrusiŠ€ ™l est également nécessaire de prendre en compte les diŠŠérences de personnalité, d’identifier les clients …ui souhaitent …u’on leur prête une attention particulière et ceux …ui veulent plus de distance€ „ „

NOUVEL ECOSYSTEME DE L’ENTREPRISE Cercle#11 : Relations grandes entreprises/ renouvelé de la part des grands comptes »€ šutrement dit, « les start‘up irriguent la transŠormation numéri…ue des grandes entreprises » selon start-up Sylvie Joseph, Groupe La Poste€ « ˆe digital doit être au cœur de l’entreprise » et la transition numéri…ue passera par la mise en place d’une interŠace Comment établir des partenariats durables vertueuse entre les grandes entreprises et l’univers des start‘up, gages de avec des start-up ou des acteurs des nouveaux renouvellement et d’innovation de rupture », confie Clara Delétraz, directrice générale adjointe de l’initiative French Tech. business models ? L’Open innovation entre start-up ”¸P”T Ž Clara Delétraze, Deputy manager, French Tech et grands groupes se développe, apporte agilité ”T Pš‚T™‚” Ž Sylvie Joseph, Directrice marketing, innovation et services et rapidité d’exécution mais laisse apparaître client, La Poste la difficulté d’établir un cadre de collaboration PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Francis Lorentz, Président, LD&A šN™MÉ Pš Ž Frédéric Simottel, BFM BUSINESS flexible et durable. ˆ’ Open innovation, initiée par les géants de l’™nternet, consiste à établir un L’écosystème de l’entreprise a changé, écos‰stème de collaboration entre les grandes entreprises et les start‘up€ plaçant les jeunes entreprises i chacun s’accorde à vanter les mérites de l’Open innovation, chacun constate également la diŠŠiculté à piloter ces nouvelles Šormes de et les grands groupes collaboration et souligne les diŠŠérences d’ordres culturels …ui peuvent dans une situation de collaboration inédite. rapidement la transŠormer en véritable parcours du combattant€ ”ntre les relations clientsŸŠournisseurs traditionnels et l’intégration ˆ’avènement du numéri…ue et le poids des réseaux sociaux entraînent des définitive ³des situations …ui ont le mérite d’être simple à comprendre mais, changements de comportements des utilisateurs Ÿ consommateurs et in fine, ne se révèlent pas être les plus perŠormantes´, il existe une palette de rendent l’environnement de l’entreprise plus ouvert et plus compétitiŠ€ Dans collaborations ouvertes comme Ž ce contexte, les start‘up ont démontré leur • l es plateŠormes collaboratives aptitude à s’adapter et à proŠiter de ce • l es incubateurs de talents, d’idées changement de comportement alors …u’en parallèle, les grands groupes suivent • l e piggy-back de pro•ets à l’international ou dans de nouveaux canaux de davantage …u’ils n’anticipent les ruptures à distribution l’œuvre dans leur écos‰stème€ Dans ce • la r echerche collaborative contexte, Francis Lorentz, Président de • la prise de participation minorit aire ³de t‰pe corporate venture´ l’IDATE, souligne « …u’avec l’avènement du À travers ces initiatives, les grandes entreprises mettent à disposition des numéri…ue, les start‘up •ouent un rôle atouts puissants comme un accès au marché à travers un réseau de d’éclaireurs avancés et suscitent un intérêt „– „¡

La question centrale n’est pas tant de savoir Pour établir une politi…ue de sécurité active, il n’existe pas de solution cleŠ s’il faut ou non engager une politique de sécurité en main ni de « one size fits all » comme le rapporte Pascal Beucler, responsable stratégie de MSLGroup, mais l’anticipation est essentielle, car des données, que de définir le périmètre l’incident est inévitable€ ™l Šaut donc s’organiser pour ‰ répondre et saisir de confidentialité. également les opportunités Ž la célérité et la pertinence de la réaction sont les deux socles d’une politi…ue de sécurité de …ualité€ « ˆes entreprises ont du mal à identiŠier leur capital digital, leur actiŠ Plusieurs bonnes prati…ues et enseignements concrets ont été identifiés Ž inŠormationnel et à en mesurer la valeur€ ˆes données considérées comme • ­aire l’inventaire des sources d’inŠormations et des inŠormations à « stratégi…ues » reposent sur une notion sub•ective et il est essentiel collecter ˜ d’établir des règles en interne pour maîtriser l’inŠormation », commente Jean-Yves Poichotte, directeur des systèmes d’information chez Sanofi€ • Mettre en place des outils de captation en temps réel des inŠormations ˜ Pour se protéger, une bonne prati…ue consiste non pas à Šermer ni empêcher • ™nstaurer un cadre de réŠérence et un périmètre d’action pour sélectionner le mouvement de l’inŠormation mais à être dans l’observation et l’inŠormation et la mesurer ³½P™s´ ˜ l’accompagnement€ ¥ne situation de ris…ue émane souvent d’un • ­ormer tous les collaborateurs aux nouveaux médias sociaux et instaurer comportement humain à l’extérieur de l’entreprise ‘ il est donc important de une culture du ris…ue, l’erreur singulière pouvant mettre en danger mettre en place une surveillance préventive€ l’image de mar…ue de l’entreprise€ Mais pour …ue cette observation Šonctionne et soit partagée, il est d’abord ‚onclu par Philippe Grand, EY nécessaire …ue le management de l’entreprise élabore un corpus de règles pour définir ce …ui est autorisé, pré•udiciable ou interdit, et le partage en interne€ ™l est important également d’évaluer la portée d’une inŠormation pour réagir avec pertinence et ne pas créer un problème inutilement€ ˆe ²eb est immense et peut virtuellement toucher un nombre infini de personnes€ ƒuilhem ouetillou souligne Ž « ”st‘ce une communication entre …uel…ues membres d’une communauté spécifi…ue …ui ne mérite pas de commentaires ou un Šait médiati…ue …ui •ustifie une réponse “ »€ Le constat et l’action : l’e-réputation représente autant un risque qu’une opportunité. ˆe marché de l’e‘réputation s’est naturellement structuré autour du ris…ue, dans une logi…ue déŠensive de protection€ ¤r les opportunités pour consolider et améliorer l’image de l’entreprise sont nombreuses€ ˆe potentiel de création de valeur est immense, mais impli…ue de pouvoir élargir le spectre de captation des données au secteur et à la concurrence de l’entreprise, afin …u’elle puisse délivrer des messages pertinents au sein de son écos‰stème€ „© „—

distribution, une base de consommateurs, des mo‰ens humains ainsi …ue Cercle#12 : Confidentialité et e-réputation des capacités industrielles€ ˆes start‘up bénéficient par la suite d’un gain de visibilité et de crédibilité sur leurs activités€ Comment protéger les informations et la réputation šu reste, les entreprises …ui parviennent à établir ces nouvelles Šormes de de son entreprise ? collaboration découvrent les avantages …u’elles procurent en termes d’agilité et de rapidité à s’adapter aux évolutions d’un marché€ ”¸P”T Ž Guilhem Fouetillou, Cofondateur et Directeur Stratégie et Innovation, L’Open innovation est une démarche structurante Linkfluence ”T Pš‚T™‚” Ž Jean-Yves Poichotte, Directeur de la Sécurité des Systèmes pour les start-up et les grands comptes : d’Information, groupe SANOFI des solutions existent pour trouver un équilibre PÉ™D”NT D” ÉšN‚” Ž Pascal Beucler, Vice-président, MSLGROUP, Publicis vertueux. šN™MÉ Pš Ž Frédéric Simottel, BFM BUSINESS ˆes diŠficultés rencontrées pour mettre en œuvre ces nouvelles prati…ues sont réelles, en particulier en matière Ž Le constat est partagé : les collaborateurs • de partage des résultats Šuturs et d’exploitation des innovations partagées • de partage éventuel de la propriété intellectuelle nouvelle créée par la sont de plus en plus connectés collaboration et la quantité d’informations présentes • de règles de gouvernance, au •our le •our et à un niveau plus stratégi…ue ³entrée Ÿ sortie de partenaire, réallocation de financement, etc€´ sur les réseaux sociaux mérite d’être encadrée ˆes bonnes prati…ues consistent à nommer des é…uipes resserrées afin de par l’entreprise. supprimer des niveaux d’intermédiation …ui ralentissent la prise de décision Ž Guilhem Fouetillou, cofondateur et directeur de la stratégie chez Linkfluence un c‰cle d’une …uin‡aine de •ours pour une start‘up et de deux à trois mois pour un grand compte semble optimal€ donne le ton Ž « ˆes usagers, les consommateurs mais également les ”u égard à la diŠficulté de mise en œuvre d’un cadre de réŠérence entre collaborateurs, disposent de mo‰ens considérables, une sorte d’arme start‘up et grands comptes, l’intégration apparaît comme une solution nucléaire communicationnelle, …ue l’entreprise doit apprendre à gérer »€ ¤n eŠficace Ž « les grands comptes vont de plus en plus Šaire leur marché et assiste à une explosion de la masse de données accessibles et disponibles, ac…uérir des talents en rachetant des start‘up »€ Pour…uoi pas car « l’intérêt provenant tant de l’intérieur …ue de est de Šaire circuler la richesse », précise lara ‡elétra€ l’extérieur de l’entreprise€ Pour autant, les chiŠŠres nuancent cette vision, en Šaisant apparaître la perte ‚ontrairement aux idées reçues, la de capacité d’innovation et la perte des talents lors des opérations plupart des incidents …ui aŠŠectent d’intégration de start‘up dans les grands groupes€ ¤r « il n’‰ a pas de Šatalité l’image de mar…ue d’une entreprise générationnelle, les grands groupes sont prêts au changement » commente sont le Šait des collaborateurs€ ˆa Sylvie ­oseph, « il reste à se remonter les manches »€ capacité à appréhender ces données est donc cruciale pour la Cette envie de collaborer pourrait bénéficier d’un encadrement légal, un réputation d’une entreprise et la « Small Business Act » à la française mais qui nécessite de revisiter les confidentialité de ses inŠormations€ règles de libre concurrence… ‚onclu par Philippe Grand, EY „ƒ „„

LES START-UP EXPOSANTES REMERCIEMENTS AU 01 BUSINESS FORUM šux membres du comité éditorial pour leurs conseils éclairés dans l’élaboration du programme de cette •ournée, à Monsieur le ecrétaire d’”tat à la éŠorme de l’”tat et à la implification auprès du Premier ministre, Thierr‰ Mandon …ui nous a Šait l’honneur de ²²²€¡dsoundlabs€comŸneohŸ sa présence, à l’ensemble des intervenants de la •ournée d’avoir partagé leur expertise, à nos partenaires et à leur soutien tout au long de ce pro•et Ž ¤range usiness ervices, ‚aisse d’”pargne, ”D­ et ®fi, à nos partenaires institutionnels …ui accompagnent la démarche ²²²€giroptic€comŸ de cet événement depuis ses débuts Ž l’šm‚ham, ”», ­rance Digitale, ˆa ­rench Tech et le MedeŠ€ š l’année prochaine pour une nouvelle •ournée sous le signe de la renaissance digitale  ²²²€invoxia€comŸŠr ²²²€meetpri‡m€comŸ

FRANCHEMENT LA FRANCE odd Eberle A TOUT POUR Photo© T La Fondation Louis Vuitton à Paris, et son bâtiment signé Frank Gehry, est un exemple de la France qui réussit. Tous les jours, à la radio et RÉUSSIR à la télévision, BFM BUSINESS explique l’économie et met en DeBonneville Orlandini avant les entrepreneurs, les innovations, les révolutions pour stimuler un pays qui a vraiment tout pour réussir. 107 103 59 68 153 51 80 34 BFM Business Vuitton 148x210 01BusinessForum.indd 1 29/01/15 15:57